jeudi 16 octobre 2008

Question de taille

Les plus hauts faits historiques débutent parfois par les plus banales des histoires.

Parce qu'elle travaille actuellement sur la Renaissance italienne, Fantômette me faisait doctement remarquer dernièrement que Michel-Ange semblait avoir un problème avec le sexe, celui des hommes, rapport à leur taille. Et de m'exhiber, pour preuve, une photo d'Adam forçant son lumbago pour se redresser au plafond de la Chapelle Sixtine.

C'est vrai que pour le coup, Michel-Angelo ne l'a pas aidé notre pauvre Adam, à moins qu'il n'ait cherché, par ce biais, à régler ses comptes avec Giorgio Lombardi, son amant florentin qui l'avait abandonné saoul dans les brumes matinales du bord de l'Arno pour s'amouracher du Magnifique Laurent. N'empêche, avec un pédoncule de cette taille, on comprend qu'Adam ait cherché son salut dans la fruticulture arboricole plus qu'à devenir gigolo pour saintes sur le retour au Jardin d'Eden.
N'empêche, cette remarque m'a piqué au vif. Parce que. Parce que toutes les femmes vous le diront, tous les zommes sont soucieux de la taille de leur sexe. Tous. Mais les zommes ne le diront jamais. Moi y en a zomme aussi. D'ailleurs, les publicitaires l'ont bien compris, et mettent en avant de virils échanges footballistiques pour nous vendre des écrans plats 16/9e coins carrés 112cm de diagonale, pas la fonction zoom 400% sur les attributs de Rocco Sifredi, ça ferait exploser la consommation masculine de Prozac. Rien que pour voir, comptez le nombre de spams que vous recevez, zommes et femmes confondus, pour augmenter la taille de votre pénis ou pour l'achat de Viagra de contrebande en gros.
Or, donc, certes, je vous l'accorde, chère Fantômette, entre deux éclats de colère sur la volatilité des fichiers Excel qui obligent à refaire tout le boulot, Adam avait un petit zizi. Mais il faut resituer le contexte. Michel-Ange a peint le plafond de la Chapelle Sixtine à la demande du pape Jules II, alias Giuliano della Rovere, fils de Raphaël della Rovere et de Theodora Manerola, que son père affublait du sobriquet "p'tite bite" eu égard à son pénis de petite taille. Ce sobriquet le suivit longtemps, notamment dans les toilettes de la cour de l'école Saint-Jean de Latran à Savone où Giuliano, futur Jules II, faisait commerce de l'exhibition de ses maigres parties, avant de faire commerce de promesses d'Indulgence au nom de Dieu dont on ne sait rien concernant son anatomie.
Lors de son élection papale en 1503, Rodrigue Borgia, son illustre prédécesseur dans les meubles de Saint-Pierre et ennemi personnel, aurait déclaré devant la Curie assemblée, pas la peine de faire de la fumée pour ça, ce n'est pas la foudre divine, juste une étincelle !
Cette particularité physique de Jules II est attestée par Paola de Padoue, une des courtisanes du Saint-Siège, qui dans ses Mémoires parle de debole schifo che sfiorar le mie labbra (frèle esquif effleurant mes lèvres).
Les Annales de l'Inquisition confirment qu'en déplacement à Tolède en 1508, alors qu'il partageait avec Ignace de Loyola les charmes de Sœur Theresa de Cordoue, Jules II se serait emporté au sujet de cette pauvrette de faisait don de son corps à l'incarnation divine en prononçant ces mots Oh, sí, aún, pero Su Santidad, esperan lo que para llenar esta vía divina (Oh, oui, encore, mais Votre Sainteté, qu'attendez-vous pour emplir cette voie divine) alors que ledit Jules s'agitait depuis une demi-heure déjà. Sœur Theresa de Cordoue fut brûlée vive pour frigidité face au corps divin.
Dans ces conditions, on comprend donc pourquoi Michel-Ange a peint ainsi Adam au plafond de la Chapelle Sixtine. Par égard pour Jules II. Pour être sûr d'être payé de ses quatre années de travaux. Pour éviter l'Inquisition.

Voilà, chère Fantômette, la réponse que les historiens s'accordent à apporter à votre question.

Sauf qu'à la réflexion, j'ai pensé vous voir heureuse au volant de notre nouvelle voiture.


Puis j'ai ensuite compris quel était l'objet de ce bonheur. Et là, maintenant, je me fais un de ces p… de complexes. Merci encore, Michel-Ange.

3 commentaires:

Fantômette a dit…

Messieurs les zommes, pour résoudre ce complexe universellement mâle et intemporel:

1- Arretez de "vous" comparer sous la douche dans les vestaires et allez donc pour vous rassurer visiter la chapelle sixtine. Michel Ange en évitant l'inquisition vous a permis un mesurage flatteur.


2 - Don Juan y trouva une parade et déclara: "Ce ne sont pas ceux qui ont les plus grandes oreilles qui entendent le mieux" Vous pouvez vous aussi reprendre cette phrase qui connait encore un fort succés.

Si aucune de ces solutions ne vous rassure un forum sur doctissimo y est dédié: "petit sexe et solitude" ...et ce n'est pas un canular...

fan a dit…

On s'en fiche de la taille, c'est la carte gold qui compte! :oP

Fabien a dit…

Voilà bien un avis de femme, Fan ;-)
Voilà à quoi mène un simple exercice littéraire mèlant Rensaissance italienne et psycho-sociologie masculine contemporaine. Pour en arriver à la conclusion que tout est dans l'ampleur du compte en banque ;-)

Merci, Fantômette, pources propos rassurants sur une question qui n'est pas mienne. Peut-être ne suis-je pas un vrai zomme, plus soucieux de partage que de satisfaction personnelle.
Par contre, il va visiblement falloir que je m'interroge sur mes oreilles et faire faire un bilan auditif.