dimanche 21 décembre 2008

Un an après



Ce premier jour de l'hiver est aussi celui de l'anniversaire d'une rencontre. Ca n'arrête pas, les anniversaires. Mais là, c'est celui d'une belle et hasardeuse rencontre.
Il est des personnes dont la rencontre change la vie. Durablement. De la manière la plus improbable. Sans même qu'on puisse le prévoir, l'entrevoir, le percevoir, l'imaginer, ni même le rêver.
Il est des personnes dont la rencontre change la vie. Même si on ne le comprend que plus tard, bien plus tard.
Des personnes dont on se dit "je ne suis pas pour elle", "elle n'est pas pour moi".
Et pourtant.

Dans une période de solitude et de tristesse, de doute et de culpabilisation doucement et longuement instillée, où on se sent soi-même aussi follement attirant qu'une vesse de loup quand les autres vous fuient, le hasard a voulu que je sois amené à me rendre chez une jeune femme inconnue, pour lui emprunter les clefs d'un appartement dans lequel je m'apprêtais à passer le réveillon de Noël avec pour seule et aimable compagnie celle d'un bloc de foie gras et d'une bouteille de champagne, une ambiance festive certes peu propice à la conversation (mon foie gras devait être celui d'une oie autiste et le pain au noix se révéla sourd-muet) mais favorable à méditer sur le sens de la vie en général et la difficulté à aimer les gens qui ne le peuvent pas. Triste soirée au demeurant, j'eus beau habiller ma bouteille d'un bas résille, ma libido resta en berne.

Or donc, alors que je pensais ne rester que quelques minutes, me voilà sonnant au carillon de cette inconnue, arborant un sourire de circonstance alors que le moral du jour incitait davantage à m'allonger sur les rails de chemin de fer qui passaient au bas de sa rue. Mais compte-tenu de la faible fréquence des trains sur cette ligne desservant l'Aveyron et craignant de prendre froid en attendant le prochain, je fis tinter la sonnette.

Grand mal m'en prit. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, je me retrouvai une coupe de champagne à la main à disserter poliment et doctement avec la jeune femme en question et ses parents, l'envie de partir s'estompant progressivement à la faveur des bulles, de la chaleur et d'un sentiment de bien-être oublié depuis… pfouhhh.

Les enfants couchés, leurs grands-parents partis, je ne bougeai pas, sans même m'apercevoir que je squattais honteusement et sans vergogne le regard de cette jeune femme, sa soirée, sa conversation, son attention, sa cuisine, son cendrier, et une bonne partie de sa nuit. Parce que faute de me rouler sur elle ou avec elle, je sais me tenir aux premières heures du premier soir, la conversation roula sur tout. Longtemps. Longtemps après la fin de la bouteille de champagne.

Ce n'est que tard dans la nuit que je quittai cette jeune femme et son chez-elle, avec en tête et dans le cœur, un sentiment de Waouhhh.
Waouhhh
, ça existe. Tout simplement. Une femme simple. Trop simple pour moi quand on me disait si compliqué. Une femme belle, trop belle pour moi. Une femme charmante, trop charmante… Une femme intelligente… qui savait rester vivante malgré la souffrance, la salissure, la maladie, les épreuves. Trop vivante… Une femme qui riait et riait de moi. Avec moi aussi, des fois. Une femme qui m'écoutait comme je l'écoutais. Une femme dont la présence suffit à abolir le temps et l'espace.

Elle avait quelque chose de fascinant, de surprenant. Un naturel hors du commun. Je n'imaginais rien entre nous. Je ne rêvais à rien pour nous. Les rêves m'avaient déserté. Je pense qu'elle aussi, à cette époque. En soi, elle était rassurante. Ca me rassurait de savoir qu'il existait des femmes comme elle. Qu'il existait au moins une femme comme elle.

Ce n'est que des mois plus tard que nous nous revîmes, même si, à l'occasion de trop nombreuses périodes de célibat que m'offrait une personne qui ne parvenait pas à se décider, je tentai bien ma chance en apportant des pizzas, c'est donc bien des mois plus tard que nous fîmes vraiment connaissance, et qu'après m'avoir demandé une fiche de paye afin de vérifier que j'étais bien fonctionnaire et d'un indice suffisant, elle accepta d'abord un restaurant, puis…, puis… et encore…, mais ça, ça ne vous regarde pas. Voyeurs, va.

Aujourd'hui, elle est là pendant que je pianote. Elle dort, ronfle un peu, des fois, à côté de moi, chaque soir depuis des mois. Notre très nombreuse progéniture digne d'une famille portugaise dort de l'autre côté de la cloison. Et dans quelques heures nous nous envolons par delà les nuages.

Bon anniversaire à nous, Fantômette.
Merci à la vie.

8 commentaires:

Fantômette a dit…

Je me souviens aussi de cette bulle de gaieté dans ma vie en berne à ce moment là. Je me souviens de tous les autres moments. Tous. Je suis heureuse et un grand merci à celle qui veut toujours aider , porter les autres et qui les fait parfois se rencontrer pour le meilleur.
J'ai des étoiles dans les yeux et des papillons dans le ventre et ça fait du bien! Merci à nous.

Fabien a dit…

Courons alors, retrouver étoiles et papillons, vers d'autres moments encore plus beaux et plus grands.

Miss D. a dit…

Il y a des moments ou l'on perd la foi en tout... et des moments de grâce, comme celui de cette rencontre, fortuite et bienheureuse... Je suis très fière d'être la marraine d'un tel instant. Bravo à tous les deux qui avez su faire le reste!

Patrick a dit…

Un petit coucou en passant, Joyeuses fêtes de fin d'année à vous deux donc et a+ !

Emie a dit…

Le plus beau billet de tous...celui qui fait encore croire que les coups de coeur peuvent etre des coups doubles et que les coups du sort ne sont pas toujours des coups durs.

Fabien a dit…

Merci pour ce commentaire, merci à l'improbable Fantômette que j'ai croisée ce soir là, sans m'en douter.
Bientôt le deuxième anniversaire de cette rencontre, juste pour vérifier que deux ans plus tard les papillons volent encore.

Fantômette a dit…

Bien sur que les papillons volent encore :)

Pastelle a dit…

Une note qui me bouleverse.
Peut être parce que j'ai fait aussi une rencontre, alors que je pensais être trop vieille, trop tard, trop nulle, trop moche...
Une rencontre qui a tout changé.
Merci à la vie, merci à vous.
La musique qui allait bien pour moi était celle ci...
http://www.youtube.com/watch?v=HwogqwqOcYM